Quand on pense aux mères, on pense tout de suite aux femmes qui ont eu des enfants… Aujourd’hui j’ai envie d’honorer et de remercier ce potentiel maternel qui existe en toute femme. On peut être une mère sans avoir jamais enfanté…comme on peut avoir enfanté sans avoir totalement exprimé son potentiel maternel.

L’archétype de la mère

La mère en toute femme. N'ayez pas peur de votre pouvoir créateur. N'ayez pas peur de ressembler à votre mère. Et ne cherchez pas non plus à correspondre à une "image de la mère". Sentez-vous livre de créer!

En chaque femme réside une mère…l’archétype de la mère (Déméter, mythologie grecque). Il s’agit en fait du potentiel de création en chaque femme (à comprendre dans un sens plus large comme la part féminine de chacun). Chaque femme a la possibilité de créer en son sein, de nourrir un projet dans la patience et d’attendre le bon moment pour faire éclore sa création.

Déméter est l’incarnation de la Mère, un idéal féminin vu par le patriarcat : mère nourricière qui se sacrifie dans le don de soi (qu’il s’agisse du bien être d’un enfant, d’un partenaire…ou d’un projet).

La part d’ombre de la mère

Cependant, malgré cette figure en apparence très aimante, et qui malheureusement est souvent associé à un idéal de Mère dans la société, l’archétype de la Mère a une ombre. Ce don de soi, dont elle fait preuve est-il un acte désintéressé ? Ou ce type de mère trouve-t-elle dans son sacrifice un bénéfice secondaire inavouable ? N’induit-elle pas un attachement (emprisonnement ?) total de son enfant (ou partenaire, ou création) en le rendant dépendant d’elle ? Au nom de l’amour, elle le gave. En voulant à tout prix le combler, c’est son vide intérieur qu’elle cherche à combler. Materner devient alors non pas un espace de création, mais de destruction…destruction de l’Être mis au monde, par fusion à soi. Une création n’est pas soi, c’est une part de soi qui s’exprime dans une autre réalité, contexte…c’est aussi cette liberté de voir émerger un autre aspect de soi.

Etre mère : entre don de soi et fusion

Dans chaque mère, figure cette dualité entre don de soi, altruisme, don de sa création au monde…et besoin de protéger sa création, peur de la scission vécue comme abandon. C’est cette dualité qui s’exprime parfois très fortement chez certaines femmes vis-à-vis de leur enfant et qui font qu’elles peuvent soit :

– Être ultra protectrice et enfermer l’enfant en leur sein, lui empêchant ainsi d’accéder à sa liberté d’Être, le culpabilisant parfois inconsciemment lorsque cet amour n’est pas rendu à l’identique.

– Soit au contraire, par peur de cet arrachement difficile, s’en écarter dès le début. Ainsi, les femmes qui se détournent de leur création (baby blues, abandon), anticipent en elles cette difficulté à laquelle elles auront tôt ou tard à faire face. Elles reconnaissent de manière très claire cette peur en elles…et préfèrent prendre les devants. Parfois elles doutent simplement de leur capacité à pouvoir faire preuve de cet altruisme (don de soi dans la liberté d’être).

La créatrice en toute femme!

Loin de moi l’idée de culpabiliser l’une ou l’autre…Car en chacune s’exprime l’ombre de l’archétype de la Mère (tel que vu et véhiculé par les hommes). Mais, en tant que femme, nous savons au fond ce que c’est d’être une Mère, de créer dans ce pur don de soi, sans retour, dans cet espace de liberté total. C’est un choix que nous pouvons faire (ou pas), envers un enfant (ou pas…et peu importe !). Mais dans tous les cas, c’est dans cet espace de création libre pour chacun que nous exprimons notre force. Cette force purement féminine de la créativité libre, qui peut donner naissance aux plus belles choses.

Savez-vous pour la petite anecdote scientifique qu’un lien a été établi entre la progestérone et l’altruisme ? Les femmes ayant un fort taux de progestérone ayant une capacité plus grande à faire don d’elles ?

Je vous invite toutes à accueillir votre potentiel Maternel, quel qu’il soit ! A l’honorer et le chérir ! Et surtout à ne pas fuir votre part d’ombre mais l’accueillir pleinement. C’est en faisant face à nos peurs qu’on les surmonte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.